Site Loader
Rock Street, San Francisco

montré la volonté canadien d’être indépendant de la Grande-Bretagne. Cette fois, au lieu d’obtempérer simplement à la Grande-Bretagne, les Canadiens ont considéré leurs propres intérêts. C’est évident qu’une propre marine est une étape vers l’établissement du Canada comme un pays indépendant: le Canada peut maintenant faire les décisions concernant la défense national et même les guerres eux-même. Finalement, le rejet de la réciprocité en 1911 a encore montré la que les canadiens cherchent d’être indépendant. Laurier appuyait le libre-échange avec États-Unis dans l’élection fédérale de 1911, mais les conservateurs de Borden s’inquiétaient d’une annexion américaine potentielle du Canada. Pour prouver essentiellement le point des conservateurs, Champ Clark, le Président de la Chambre des députés des États-Unis a déclaré: «Je suis pour l’accord de réciprocité parce que j’espère voir le jour où le drapeau américain flottera sur chaque pied carré des possessions britanniques d’Amérique du Nord, dégagées au pôle Nord». Cela va sans dire que Laurier et les libéraux ont été accusés d’être les traîtres «prêts à vendre le Canada aux intérêts américains», et qu’ils ont perdu l’élection. Clairement, les résultats de ces événements ont été causés par la poursuite d’indépendance: les canadiens ont décidé de ne plus être contrôlé par les américains et la Grand-Bretagne.De plus, pendant la première guerre mondiale, le Canada a obtenu une propre identité ainsi que devenir plus indépendant. La bravoure des soldats canadiens dans les batailles, y compris d’Ypres, de Vimy et de Passchendaele, a créé un sentiment de fierté nationale et un identité canadien, ainsi que le sentiment que le Canada pouvait se débrouiller seul, sans l’Empire britannique. Dans le bataille de Ypres, la première grande bataille avec les troupes canadiennes, les soldats canadiens ont montré leur bravoure, et qu’ils sont une force de combat déterminée. Les Canadiens ont tenu la ligne contre le gaz de chlore employé par les Allemands, et après la bataille, les soldats canadiens ont été félicités pour leur courage et leur ténacité, une identité Canadian qui ne ferait qu’augmenter pendant la guerre. On voit clairement l’individualité ici, car les canadiens cherchent d’avoir une identité différente par la façon dont ils ont attribué et ont continué d’attribuer ces traits au Canada. Dans le bataille de Vimy, les quatre divisions du Corps canadien, combattant ensemble pour la première fois, ont réussi à capturer Vimy. Ils ont employé les «barrages rampants» pour protéger les troupes alliées en gardant les troupes ennemies se cachant dans leurs bunkers. Cette fois, la victoire est devenue le symbole d’éveil du nationalisme canadien: l’une des raisons principales est que des soldats de toutes les régions du Canada ont pris la crête ensemble, aussi, c’était un général canadien, Arthur Currie, qui a dirigé les Canadiens. Les troupes canadiens ont montré, avec cette victoire, qu’ils pouvaient réussir sous leur propre général avec peu de contrôle britannique. Les Canadiens ont aussi fait preuve d’individualisme: ils ont montré qu’ils étaient courageux et déterminés, deux facteurs distinctives entre eux et d’autres armées. En fait, les soldats canadiens étaient appelés les «storm troopers» en reconnaissance de leur style d’assaut. Troisièmement, Passchendaele a montré l’individualité des canadiens encore une fois. Malgré la mort de nombreux soldats dans cette bataille, la bravoure de nombreux Canadiens a finalement gagné la bataille. Passchendaele était un bain de sang, oui, mais cela a aidé les Canadiens à créer leur propre identité différent qu’autres pays. La première guerre mondiale a donné le Canada l’indépendance, mais une identité différente des autres pays, aussi.Après la guerre, le Canada montre encore les valeurs d’indépendance et d’individualité. Après la guerre, le Canada commence à être reconnu comme un pays indépendant: libre de la Grande-Bretagne. Cela se manifeste d’abord par l’offre d’une signature distincte sur le Traité de Versailles qui sépare le Canada de la Grande-Bretagne. Même au niveau international, le Canada et la Grande-Bretagne deviennent plus égaux. Le traité de Versailles a également établi la Société des Nations, où le Canada aurait ses propres membres. Ceci est une étape importante dans le mouvement graduel vers l’indépendance canadienne. Il y a beaucoup d’autres exemples qui renforcent son indépendance aussi, par exemple, la Crise de Chanak. Le 15 septembre, la Grande-Bretagne a envoyé un télégramme demandant aux Dominions (y compris du Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud) de contribuer à la crise dans Chanak. Comme d’habitude, la Grande-Bretagne s’attendait à ce que le Canada envoie de l’aide immédiatement. Néanmoins, William Lyon Mackenzie King, le premier ministre à l’époque, voulait savoir si le Canada devrait envoyer de l’aide ou non. Avant que le Parlement canadien ait pu trouver une réponse, la crise a terminée. De toute évidence, l’indépendance du Canada par rapport à la Grande-Bretagne est illustrée dans la Crise de Chanak. Le Canada ne voulait pas obéir chaque ordre britannique parce qu’ils pensent à eux-mêmes avant de faire une décision. Il y a plusieurs d’autres changements au sujet de politique étrangère au début des années 1920 qui se sont passé, par exemple, quand le gouvernement du premier ministre William Lyon Mackenzie King refuse

Post Author: admin

x

Hi!
I'm Jeremy!

Would you like to get a custom essay? How about receiving a customized one?

Check it out